3 moyens pour ne plus confondre Kalash et Kalash Criminel

Partager

Après un passage remarqué sur la scène de l’AccorHotelArena aux côtés de Drake, le rappeur Kalash a défrayé la chronique en subissant une interpellation musclée par les forces de l’ordre sur les Champs-Elysées. L’épisode, largement relayé sur les réseaux sociaux, a par la suite été repris par la presse nationale, de 20 Minutes à Voici en passant par Le Progrès, Le Figaro, LCI et bien d’autres. L’évènement prend une tournure inattendue quand la chaîne d’actualités en temps réel BFM TV diffuse l’alerte info suivante : « le rappeur Kalash Criminel, arrêté hier à Paris, à été placé en garde à vue pour outrage et rebellion ». Sur Twitter, ce dernier s’empresse de corriger l’information en précisant être chez lui, en train d’attendre le match opposant Liverpool à Fulham. Malgré leurs noms à première vue assez semblables, Kalash et Kalash Criminel sont deux artistes aux identité bien distinctes et surtout aux parcours suffisamment particuliers pour les distinguer aisément l’un de l’autre… Aussi avons-nous décidé de rassembler dans cet article trois moyens pour ne plus les confondre à l’attention des journalistes étourdis !

3️⃣ La cagoule

C’est sûrement le détail qui saute le plus aux yeux, là où Kalash aborde fièrement d’épaisses dreadlocks sur sa tête, Kalash Criminel a fait le choix dès ses premiers clips de masquer son visage au moyen d’une cagoule. Depuis quelques années, les masques sont devenus chose courante dans le rap français : Siboy et Kalash ont fait de la cagoule leur marque de fabrique, Kekra a choisi de son côté de se couvrir le bas du visage au moyen d’un masque de protection particulièrement courant au Japon et dans les pays asiatiques. Pour chacun de ces artistes, le masque est un élément à la signification bien particulière, il est aussi un moyen de conserver une séparation nette entre personnage public et vie privée.

View this post on Instagram

Im out 🎩

A post shared by KALASH (@kalash972) on

2️⃣ L’origine géographique

Pour Kalash comme pour Kalash Criminel, l’origine géographique a une importance prépondérante sur le plan artistique. D’origine congolaise (RDC), Kalash Criminel a passé son enfance dans le quartier des Rougemonts, à Sevran, d’où émergeront par la suite certains des plus grands noms de la trap française : Kaaris bien sûr, mais aussi Ixzo, Dabs… Dans sa globalité, la scène sevranaise s’est forgée une véritable identité propre à laquelle la production musicale de Kalash Criminel se rattache entièrement malgré un certain nombre de spécificités. De son côté Kalash est originaire de martinique et plongé dès son enfance dans un bouillon culturel qui le conduira dans un premier temps vers le dancehall. Ce n’est que quelques années plus tard qu’il effectuera un virage progressif vers le rap…

1️⃣ Le parcours musical

Dans la musique, Kalash et Kalash Criminel sont à leur façon des OVNIs du fait de parcours assez inhabituels dans l’industrie musicale. Musicalement, Kalash a bénéficié dès ses premiers pas du foisonnement artistique caribéen et s’est jeté dans le dancehall, une première vie au cours de laquelle il sortira deux albums, côtoiera des artistes comme Admiral T et remportera le prix SACEM martiniquais reggae/dancehall. C’est l’un des rares artistes originaires des Caraïbes à s’être exporté avec autant de succès dans l’hexagone : une transition vers le rap, un rapprochement avec Booba, une signature chez Capitol France et bien sûr deux projets certifiés ! De son côté Kalash Criminel se fait remarquer lors d’un passage sur Planète Rap, puis parvient à développer un véritable entrain autour de son personnage. Finalement, il parviendra à créer une musicalité et un univers de plus en plus particuliers, qui trouvent leur concrétisation sur son dernier album studio La fosse aux lions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.