#VentesDeLaSemaine 51 : Merci Papa Noël !

Partager

Rien de nouveau sous le soleil, la période des fêtes de fin d’année constitue un temps fort pour l’industrie musicale. Il y a quelques jours, Les Echos ont d’ailleurs publié la deuxième partie de leur podcast dédié à l’industrie musicale pour décrypter les rouages du fructueux commerce des chansons de Noël. Dans le rap français cependant, le phénomène est traditionnellement beaucoup moins marqué que dans les autres genres. Contrairement aux Etats-Unis, les artistes ne produisent que peu de morceaux ou de projets consacrés à cette période si particulière, et ceux qui s’y aventurent se voient rarement couronnés de succès commercial (notons cependant que Santa Sauce d’Hamza a laissé une empreinte indélébile dans l’esprit de son public). La prégnance depuis quelques années du streaming dans la répartition de la consommation des auditeurs rap dans l’hexagone ne va pas vraiment dans le sens d’une amélioration, les fêtes de fin d’année sont en effet l’occasion pour certains artistes d’augmenter leurs ventes physiques : CDs évidemment, mais aussi vinyles de plus en plus, cassettes peut-être sans mentionner les incontournables coffrets collector. On l’avait constaté à la sortie de Phoenix, Soprano présente une structure de ventes très éloignée de la majorité du reste des artistes de la scène rap française, et les deux dernières semaines ajoutent à la tendance puisqu’elles voient le total des ventes du marseillais passer de 24.323 en semaine 49 à 35.166 en semaine 50, puis à 40.439 en semaine 51. Une évolution qui doit énormément au physique, passé lui de 90% à 93% puis à 94% sur la même période. A noter une évolution similaire pour Maître Gims, passé de 8.471 ventes en semaine 49 à 10.965 en semaine 50 et enfin à 14.667 en semaine 51 dont 63%, 72% et 78% de ventes physiques.

➡ Les certifications d’albums et premières semaines

Le 4 décembre 2015, Rohff sortait son huitième album solo Rohff Game dans un contexte mémorable de compétition avec Nero Nemesis de Booba, la réédition de Feu de Nekfeu et My World de Jul. Une semaine plus tard, le projet s’était écoulé à 20.582 exemplaires dont 15.293 (74%) copies physiques et 5.289 (26%) téléchargements.  Pour son neuvième album, le premier à sortir après la prise en compte des équivalents streaming par le Syndicat national de l’édition phonographique, le rappeur de Vitry-sur-Seine a misé sur une promotion solide via les réseaux sociaux et des campagnes d’affichage plus que sur le relai médiatique. Résultat, un total de 26.013 exemplaires avec une forme prédominance des ventes réelles (64%), indicateur d’un fort taux d’engagement du public. On constate également un score encourageant en streaming, qui permet à Surnaturel de dépasser de loin le score de Rohff Game et qui correctement exploité pourrait porter son exploitation sur la durée. Sur Spotify, les écoutes du projet sont globalement plus basses pour les titres du deuxième CD (un phénomène qu’on constatait déjà la semaine dernière sur La zone en personne de Jul), elles sont néanmoins réparties assez égale en-dehors des extraits et de quelques titres phares avec un seuil autour de 200.000 par piste.

Lomepal passe le cap du disque d’or en milieu de semaine avant de finir vendredi à 68.077 exemplaires écoulés au total. D’une semaine à l’autre, on constate une baisse très légère de 28% seulement contre 46% pour La zone en personne, ce qui lui permet de conserver sa deuxième place du top rap là où le marseillais est propulsé de la première la la troisième position. A la capacité de certains artistes de mobiliser leur public de manière accrue en première semaine, Lomepal oppose comme avec Flip en début d’année une exploitation construite sur la durée et capable de se stabiliser extrêmement vite. Une stratégie qui lui avait déjà valu un certain nombre de certifications courant 2018, et qui promet de porter Jeannine vers de nouveaux sommets ! Il aura fallu au parisien une dizaine de jours à peine pour se voir décerner un disque d”or, une performance encourageante qu’il doit peut-être en partie à l’approche des fêtes de fin d’année.

Autres grands gagnants de cette période prolifique, Bigflo & Oli réussissent l’exploit d‘augmenter leur score entre la troisième et la quatrième semaine. Les deux frères toulousains passent de 21.440 exemplaires écoulés à 26.104, une augmentation non négligeable de 18% qui doit beaucoup à l’approche des fêtes et qui se répercute sur la proportion de copies physiques dans le total (87% à 90% d’une semaine à l’autre). Cette augmentation permet au duo de décrocher un disque de platine au bout de 25 jours d’exploitation contre un peu plus de 3 mois pour La vraie vie l’année dernière. Après avoir constaté dès la première semaine la structure inhabituelle des ventes des deux rappeurs, à contre-courant de la majorité des artistes rap français, on remarque que cette structure repose encore très largement sur les ventes réelles et notamment le physique après un mois d’exploitation, une tendance soutenue par l’effet des fêtes de fin d’année.

➡ Récapitulatif des singles certifiés or, platine et diamant

Sorti sur la B.O. de Taxi 5 réalisée par DJ Kore et regroupant une brochette d’artistes rap au succès confirmé ou naissant, Santana s’est rapidement imposé comme un titre phare du projet derrière Va bene de l’Algérino et devant Boîte auto de Ninho. Sur Spotify, il recueille pas moins de 24 millions d’écoutes, loin devant les 8 millions de Boite auto et pas si loin des 31 millions de Va bene et ce succès impressionne d’autant plus qu’il ne semble pas décroître. Sur YouTube, le clip du morceau a d’ores et déjà dépassé les 60 millions de vues, ce qui en fait l’un des plus regardés d’Alonzo, juste derrière sa collaboration avec Jul Normal et les indétrônables Papa Allo et Binta.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.