The Divine Feminine, l’autre visage de Mac Miller

Partager

New York, la ville du changement artistique

C’est à Brooklyn que Mac Miller a déposé ses valises en compagnie de celle avec qui il partageait sa vie, il y a maintenant plus de deux ans, loin des soirées hollywoodiennes et de sa bande de potes avec qui il avait l’habitude de se déchirer: Mac se voit projeter en dehors de sa zone de confort. New York, la ville qui en a inspiré plus d’un a donné un nouveau souffle artistique à Mac. Il s’est développé musicalement au niveau de sa voix ainsi que dans la sophistication de son rap. Il n’a jamais souhaité être labélisé comme le rappeur drogué aux textes tristes, ou pire encore être comme tous les autres rappeurs qui restent dans leurs zones de confort au niveau des thèmes abordés ou des beats utilisés. Il avait ressenti le besoin de créer quelque chose de différent, de nouveau et dans un autre état d’esprit… C’est pour cela qu’il nous pond un album sur sa nouvelle drogue, qui est l’amour. À travers l’album il nous partage son propre voyage avec l’amour sans pour autant rentrer dans les clichés gnangnan qui peuvent vite soûler les amateurs de rap. C’est un mix de ses histoires personnelles et son idéalisation de ce que devrait être l’amour. Lors de son dernier passage au Breakfast Club, Mac révèle « je souhaite que cet album crée de l’alchimie entre les gens, qu’ils l’apprécient et fassent l’amour dessus ». Bon, bon, c’est vrai que c’est plus les chanteurs de R’n’B qui aspirent à cela, mais pourquoi pas un rappeur pour changer? Surtout de la part de Mister Miller, c’est assez surprenant (bien qu’il ne soit pas le premier). Chaque album de Mac Miller est lié à sa vie personnelle, et c’est sur ce terrain qu’il est le plus fort: sa sensibilité artistique s’est toujours fait ressentir et d’autant plus sur ce projet. De la première à la dernière note on se sent comme propulsé dans sa vie, et cela grâce à sa maturité musicale, ses textes mais surtout aux instruments utilisés. Il nous propose un mixe entre la soul et le hip-hop, ce qui ne déçoit pas les fans du rappeur. Il mélange des sonorités romantiques, mais parfois des textes un peu plus « nasty » (vulgaires, si on peut le traduire comme ça) pour conserver tout de même son image et pas se drakiser (Do it like Drake).

Le choix des featurings n’est pas anodin

Contrairement à ce qu’on a l’habitude d’écouter de la part de Mac Miller, l’album est très court et se compose de seulement 10 titres mixant rimes et chant: beaucoup, beaucoup de chant. Evidemment, les featurings sont au rendez-vous… On y retrouve Ty Dolla $ign, Cee-Lo Green, Kendrick Lamar, Bilal, Njomza, Anderson Paak ou encore Ariana Grande, un beau paquet d’artistes qui sont tous différents les uns des autres mais qui selon moi relèvent d’un choix réfléchi de la part de Mac. Il a voulu se fondre dans plusieurs univers sur un même album en abordant un thème identique, qui est celui de l’amour. Il est vrai que chaque personne a sa propre vision de ce qu’est l’amour, et c’est ce que Mac a voulu mettre en avant par ses featurings. Il ne faut donc pas s’attendre à écouter des gros sons de rap comme dans son album précédant GO:OD AM car il y en a aucun. C’est vraiment un album qui s’écoute à deux ou seul, quand on est dans un mood (état d’esprit) particulier. Personnellement, je l’ai écouté en conduisant un petit Paris Mantes-la-jolie, ça ne pouvait que me faire du bien et j’ai grave kiffé le moment. La force de cet album est la véracité du récit passionné conté par le rappeur. C’est pour cela que l’album vaut le détour, de plus les sons sont aboutis et nous montrent une autre facette de Mac, qui aborde le thème de l’amour sans être ringard.

Mes Coups de cœur

  • Congratulations (feat. Bilal): C’est le premier morceau de l’album, qui donne directement le ton romantique de celui-ci. C’est à travers les paroles comme « et tu es tellement divine pour moi, tu me rappelles la couleur bleue, meuf je suis tellement amoureux de toi, tellement amoureux de toi » que Mac nous baigne dans ce que va être l’album. Le piano délicat et les violons utilisés en fond se combinent parfaitement avec la vision contemporaine de Mac au sujet de l’amour. Sans oublier le choix du featuring, Bilal a tout simplement assuré sur le son comme à son habitude, la rencontre entre sa voix et le piano nous le prouve.
  • Cinderella (feat. Ty Dolla $ign): Si on reprend la définition du titre de l’album qui est une ode à la femme, alors ce morceau est parfait. C’est l’alchimie entre deux personnes d’un point de vue autant spirituel que physique qu’aborde ici Mac Miller. Les paroles sont très axées sexe (voir nasty parfois), mais cela n’est pas dérangeant grâce à la voix douce de Ty Dolla $ign qui nous offre un refrain entraînant et un ton romantique. La production slow mais rythmée match parfaitement avec les voix des deux artistes du morceau.
  • My Favorite Part (feat. Ariana Grande): C’était le son que beaucoup attendaient, je suis plutôt satisfaite car j’avais peur que le couple rentre dans un délire « cliché » à travers le son mais pas du tout. C’est l’un des sons qui est le plus aboutit de l’album, avec celui en feat avec Cee Lo Green (bien qu’il ne soit pas dans mon top 3). Comme le dit le début de l’article, il y a beaucoup de chant dans cet album et je crois que c’est le morceau le plus chanté de Mac Miller. Sa voix a pris du niveau pour un rappeur, et heureusement car à côté d’Ariana Grande il faut un minimum pour pouvoir assurer. On retrouve Ariana sur les cœurs du refrain et elle offre un couplet à couper le souffle aux amateurs de Pop R’n’B, certes court, mais efficace. Je trouve que c’est suffisant, sinon elle aurait volé toute l’attention du morceau même si c’est à moitié fait.
C’est un album complet où Mac explore ce qu’est la vision de l’amour contemporain en excellant dans ce domaine. Quand on écoute Mac en interview, on comprend que le gars a vraiment du talent et un amour pour la musique qu’on ne peut nier. Il sait de quoi il parle et n’hésite certainement pas à prendre des risques musicaux. Le featuring avec Cee-Lo Green m’a vraiment surpris, je ne m’y attendais vraiment pas. Il aurait pu proposer un projet plus court mais je pense qu’il voulait se prouver qu’il était capable d’aborder des sujets sur lesquels son public ne l’attend pas. Une simple mixtape serait peut-être passée inaperçue à contrario d’un album qui connaît une plus grande promotion. Bien que certains pensent que Mac a fait cet album pour vendre plus, je ne pense pas que c’était la motivation du rappeur. Je dirais même que ce travail est bien fait, Mac. Il termine son album sur un Outro avec la voix d’une femme âgée, certainement une personne de sa famille, qui raconte à son tour sa propre histoire d’amour ce qui donne les dernières notes de l’album. Il veut certainement faire passer un message du genre « les gars c’est bien de s’amuser mais arrivé un certain âge ou moment, on a besoin de se poser et de partager sa vie avec quelqu’un ». Un pari réussi pour le rappeur, cet album restera certainement intemporel et donnera un tournant différent à sa carrière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.