Pourquoi Sofiane doit sortir un album commun avec Kaaris et Vald

Partager

Cela fait maintenant plus de 10 ans que Sofiane est présent dans le paysage du rap français et trois ans à peine qu’il rencontre un succès à la hauteur de son talent. Dans cet intervalle, le rappeur du Blanc-Mesnil a sorti quatre projets couronnés de succès, de la série de freestyle #JeSuisPasséChezSo transformé en mixtape début 2017 à Bandit Saleté, suivi de l’album Affranchis début 2018… Jusqu’à la compile 93 Empire sortie en octobre 2018. Cet enchainement de projets aurait pu freiner l’inspiration de l’intéressé, mais ce serait mal connaitre son caractère insatiable, voire carrément hyperactif. Autre point à son actif, la réussite récurrente de ses collaborations, tant sur le plan artistique que commercial. La raison ? D’une part, la polyvalence de Sofiane, d’autre part, l’association par le public de son nom à un certain standing. Ses titres de qualité souvent remarquablement égale sont un véritable label, auquel les auditeurs s’empressent d’adhérer. Et si ce dernier profitait de cet état de fait pour tenter l’aventure encore rare dans le rap français d’un album commun ?

➡️ Les trois ingrédients incontournables d’un album commun réussi

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, il n’est pas indispensable pour les participants à un projet commun de partager un univers ou une musicalité communs. Au contraire, c’est souvent dans la diversité des profils et dans leur complémentarité que le projet puise son intérêt artistique. Parmi les nombreux exemples qui pourraient illustrer cette affirmation, la collaboration de Jay-Z et Linkin Park sur Collision Course figure en bonne position ! Certains objecterons qu’il s’agissait plus d’un mash-up que d’un album commun, en effet les participants se sont contentés de fusionner leurs titres respectifs sans en créer de nouveaux ensemble. Pourtant, une certaine harmonie se dégage de l’ensemble, pour la simple et bonne raison que Jay-Z a été amené à ré-enregistrer ses textes pour les faire correspondre aux mélodies de Linkin Park, qui ont de leur côté dû rejouer certains titres pour les adapter à un flow plus hachuré.

Si l’on s’en tient à l’exercice premier de l’album en commun, la première condition est que les deux rappeurs ressentent une émulation, que chacun pousse l’autre à faire ressortir le meilleur de lui-même. Prenons comme exemple l’album en commun de Royce da 5’9 et Eminem, Hell The Sequel. Royce et Eminem sont deux techniciens et on ressent une véritable alchimie sur chaque morceau de l’album, à tel point que cette alchimie pousse les deux rappeurs à écrire certaines de leurs meilleures lignes. Hell The Sequel est le dernier album d’Eminem sur lequel il est poussé en dehors de sa zone de confort, raison pour laquelle il pourrait être l’un de ses meilleurs albums sur la décennie 2010. Outre cette stimulation réciproque, l’album commun nécessite pour être réussi des affinités développées par un travail en amont, un univers artistique proche ou du moins une vision artistique similaire. Parmi les artistes les plus proches de Sofiane en matière de collaboration, Kaaris et Vald répondent ils à ces conditions ?

➡️ Sofiane et Kaaris, un duo imparable porté vers la performance

Sofiane est un rappeur capable de s’adapter à de multiples types de sons ; porté sur un flow classique à ses débuts, il est parvenu à s’adapter à la trap en conservant la force de sa technique. Pour ne pas s’enfermer dans ce style, il a également fait le choix de s’ouvrir à des musicalités plus chantantes, un moyen également de toucher un public plus large. On un parcours sensiblement similaire chez Kaaris, un autre artiste du 93 dont la transition vers un flow plus hachuré a laissé une empreinte durable sur le rap français. En 2011, il sort la mixtape Z.E.R.O, qui figure parmi les projets préfigurant la vague trap qui finira par atteindre l’hexagone en 2013 avec la sortie de son album classique Or Noir. Fort de son succès, Kaaris continue sur sa lancée tout en amorçant un tournant plus musical à partir de Le bruit de mon âme. Sur Okou Gnakouri, il opère un véritable virage à 180 degrés et crée une balance entre des titres grand public chantés et des titres hardcore qui se feront de plus en plus rares.

Y compris sur sa collaboration avec Kalash Criminel et Sofiane sur Bling Bling extraite de l’album Dozo, Kaaris s’attache à cette nouvelle identité musicale, parfois au plus grand désespoir de son public d’origine. Le titre recueille pourtant des retours positifs, tant d’un public nostalgique du Kaaris d’Or Noir que d’un audimat plus large… A l’extérieur, Kaaris se retranche pourtant souvent sur des couplets harcores qui entretiennent l’intérêt de celui-ci, et ce d’autant plus aux côtés de Sofiane. Pour son album, Affranchis, qui inaugure l’année 2018, il invite Kaaris sur Mistigris et le résultat surprend tant les deux rappeurs rivalisent de technique et de puissance. Le morceau est énergique, n’offre pas une once de répit et reste en tête durablement grâce à un refrain obsédant. Pas le meilleur couplet de Kaaris certes, mais il livre néanmoins une prestation suffisamment impressionante pour convaincre du potentiel du duo.

Le clip de Woah, premier extrait de la compilation 93 Empire, fait office d’annonce d’une prochaine collaboration entre les deux rappeurs. En effet, Empire apparait rapidement comme un titre phare du projet, au même titre que les deux autres morceaux sur lesquels Kaaris apprit aux côtés de Landy et Lartiste. Conscient de cette alchimie, Mac Tyer décide de s’y associer sur Il se passe quoi. Un titre salué par la critique, à tel point que les trois rappeurs se réuniront de nouveau sur Briganté, extrait d’Or Noir 3. Au fur et à mesure des collaborations, le lien entre Kaaris et Sofiane se renforce. Le duo a ceci d’intéressant que les deux rappeurs se poussent mutuellement à se dépasser, une complémentarité alliée à une émulation qui présagent de nouveau titres à venir… Et pourquoi pas un album commun ?

➡️ Et pourquoi pas avec Vald ?

Kaaris n’est pas le seul artiste du 93 à entretenir une relation artistique poussée avec Sofiane ; ce dernier a en effet trouvé une source inépuisable de renouvellement en Vald : «Blanc comme animal sans teint / J’assure le dos de mon Valentin ». Dans cette relation en effet, c’est Vald et non Sofiane qui est parvenu à attirer l’autre dans son univers. Dans cet univers déjanté, les codes classiques du rap sont vite mis de côté pour laisser place à une infinité créative. Dans cet univers moins strict, Sofiane se plait à laisser libre court à sa folie. Les deux rappeurs se sont connus en 2012, quand Sofiane venait de sortir Blacklist 2 et que Vald n’était pas encore connu du grand public. Sofiane ayant repéré le potentiel de Vald, il décide de lui tendre la main en l’invitant à des sessions sur Planète Rap ou encore en lui permettant de tourner son clip Shoot un ministre dans une cité du Blanc Mesnil.

Très vite le rappeur d’Aulnay rencontre le succès grâce à son univers et son ton décalé, on peut notamment évoquer le titre Bonjour qui grâce à son absurdité dans les paroles et les images du clip devient une sensation virale. Ne se reposant pas sur ses lauriers capitalise vite sur son succès et enchaine les clips et les projets jusqu’à début 2017, année de sortie de son premier album studio Agartha. C’est aussi à cette période que Sofiane redevient plus actif dans le rap. Début 2018, la proximité de sortie de leurs albums respectifs et bien sûr leur entourage très rapproché les poussent à approfondir leurs liens artistiques. Les deux rappeurs s’invitent mutuellement à Planète Rap, où ils interprèteront Dragon. Cette redite de Poisson, un titre de NQNT 2 que Sofiane avait tout particulièrement apprécié, montre le degré d’alchimie du duo, et d’autant plus en live. L’influence musicale de Vald est contrebalancée par celle de l’univers de Sofiane, prégnant dans le couplet de l’aulnaisien. Ce n’est pas leur seule collaboration, Vald apparait également sur Iencli et Woah extraits de 93 Empire. Sur le second titre, Sofiane prend la parole au milieu du couplet de Vald pour décliner une multi-syllabique écrite par ce dernier : « C’est Many l’ami trahit qui manie la mitraillette ».

Sur Iencli, on assiste à une déclinaison légèrement différente de la complémentarité artistique des deux rappeurs. Vald y dévoile sa volonté d’authenticité, tout en insistant sur son changement de statut. Tête d’affiche du rap français, il représente désormais une frange non-négligeable d’auditeurs et bénéficie de l’appui de ses pairs. La phrase de Sofiane « je protège le dos de mon Valentin » traduit à la fois cette acceptation et une relation qui d’artistique a fini par basculer vers l’amitié. Entre l’univers anarchiste de Vald et celui, impitoyable et cruel, de Sofiane, un terrain d’entente a fini par se former. Complices au point d’interchanger leurs textes et d’aller sur des terrains inhabituels, les deux rappeurs bénéficient également en partie de l’effet d’émulation constaté dans la relation entre Kaaris et Sofiane. De là à imaginer un album commun incluant Kaaris, le chemin est-il long ? Pas vraiment : le trio a pour liant un Sofiane qui brille depuis trois ans par sa capacité à rassembler et à fédérer. D’autant que dans le documentaire consacré à Xeu, Vald avouait être particulièrement attaché aux univers sombres et crapuleux…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.