Post Malone insuffle le rock au rap dans son nouvel album

Partager

C’est en 2015 que Post Malone nous a fait découvrir son univers à travers son premier succès White Iverson, qui cumule à l’heure actuelle près de 600 millions de vues sur YouTube. Stoney, le premier album de Malone, figurait encore dans le top 10 du Billboard 200 le mois dernier et se maintient toujours aux alentours de la dixième place. Post Malone réussit à faire ce que peu d’artistes de la nouvelle génération font : proposer des projets qui durent dans le temps. Le premier single de Beerbongs & BentleyRockstar, a fait ses débuts directement en prenant la seconde place du classement Hot 100 de l’automne dernier et a passé 8 semaines à la première place. Il s’est imposé malgré quelques scandales comme l’un des artistes dominants de l’ère du streaming. L’interprète de Rockstar s’est en effet récemment retrouvé sous les feux des projecteurs et des critiques pour son manque d’amour exprimé vis-à-vis du rap. Suite à cela le public s’est retrouvé partagé entre le détester ou accepter sa vision… Point positif pour Post Malone un scandale perdure seulement si il n’y en a pas de plus gros derrière, et Kanye West a récemment battu tous les records.

Post Malone continue d’affoler les compteurs !

➡ Un personnage atypique en quête de la mélodie parfaite

Durant son passage à Coachella cette année, Post Malone s’est donné un malin plaisir à balancer quelques insultes envers les critiques qui l’avaient caractérisé de « Culture vautour », « musique de merde », ou encore « artiste temporaire ». La présence de ses hits dans le Top Billboard 200 prouve indéniablement sa qualité artistique et non un simple coup de chance. Il s’est avéré être l’une des figures les plus perspicaces de la pop, et il peut être caractérisé telle la Rockstar du rap. Post Malonde est peut-être devenu si populaire car il est complètement décalé par rapport au reste de sa génération, et surtout a réussi à devenir une personnalité emblématique. Amateur de fusils et Texan, Austin Richard Post de son vrai nom est né le 4 juillet 1995 à Syracuse et incarne parfaitement le stéréotype de l’excès américain du sud à seulement 22 ans. Post Malone s’est trouvé un amour pour la guitare via le célèbre jeu Guitar Hero. Il a commencé à faire du hip hop quand il était jeune et a obtenu son nom de scène via un générateur de nom de rap en ligne. Après avoir été élu plusieurs fois élève le plus susceptible de devenir célèbre par ses camarades du lycée, Post Malone s’envole pour Los Angeles à tout juste 18 ans.

C’est un peu avant de fêter ses 20 ans que Post Malone nous pond l’un des plus gros hits de sa carrière White Iverson, un morceau qui transforme la Trap en une pièce douce et facile d’écoute. C’est ce morceau qui a fait de Post Malone une superstar instantanée et qui lui a offert un contrat avec le label Republic Records. Tout s’est passé très rapidement pour lui qui a enchainé les collaborations avec des artistes comme Kanye West, Justin bieber, Quavo, ou encore 21 Savage… Post Malone nous a toujours fait savoir qu’il souhaitait apporter quelque chose de différent au rap d’aujourd’hui qu’il jugeait pas assez touchant. Sa musique est essentiellement un piège mélodique auquel il ajoute une sensibilité robuste et universelle qui pourrait même se retrouver sur des playlists rock et country. Il n’est pas exagéré de l’imaginer en train de sortir son vieux chapeau de cow-boy et de l’arborer avec enthousiasme. Ce personnage atypique à la tresse mal coiffée a réécrit les règles pour un rappeur blanc de la nouvelle génération, on est loin d’Eminem.

➡ Un album à mi-chemin entre la perfection et le too much

Beerbongs & Bentley a enregistré un record hallucinant d’un peu moins de 50 millions streams le premier jour de sortie en écrasant J.Cole qui a scoré 36 millions de streams pour son dernier projet KOD. Cet album connaît un franc succès et a été certifié disque de platine seulement 4 jours après sa sortie. Il est une force imparable pour les chiffres mais qu’en et-il réellement du contenu de son album ? La Rockstar du Hip-Hop propose un album contenant quelques hits indiscutables mais l’humeur singulière et austère de Post Malone s’use et devient obsolète après une longue écoute. Post Malone impressionne quant au contenu de son album qui est plus maîtrisé que son prédécesseur Stoney mais tout autant voire plus épuisant. Lorsqu’on enchaîne l’écoute, on constate une répétition à la fois du thème et des mélodies.

Post a appris de sa voix et sait l’utiliser mais parfois il a tendance à trop en faire tel un candidat de The Voice qui plaide pour ne pas être coupé et qui sur-joue chaque douleur, tremblement et contraction de la mélodie. La dernière partie de l’album, où les featurings sont absents, nous baigne dans cette lassitude de l’artiste. Pourtant Post Malone sonne mieux quand il essaye de ne pas en faire trop, à l’instar des singles Psycho et Rockstar qui semblent si naturels et non forcés. Les émotions de l’auditeur peuvent être partagées lorsque l’album tourne, car d’un côté nous baignons dans l’univers de Post Malone et apprécions mais sur la fin il est possible d’être lassé de cet excès de mélodie et de chant. Toutefois Malone est cependant un artiste rempli de talent. Ses mélodies sont intuitives et nous collent à la peau, c’est un mix entre une symphonie entraînante et des textes qui parlent du vide autour du style de vie de superstar.

➡ Les coups de cœur

❤Better Now

C’est au milieu de l’album où les hits de Post Malone se situent. Sur ce morceau, son flow sonne comme s’il avait été pris directement dans les compositions de Starrah (toplineuse et chanteuse américaine) mais cela concerne l’ensemble des morceaux mélodieux. D’ailleurs un feat avec Starrah aurait été parfait et aurait matché avec la voix autotunée de Post Malone. Ce morceau est un miroir entre ce que Post Malone et son ex ressentent l’un pour l’autre. Il nous fait sentir le fait que lui et son ex masquent tous les deux leurs sentiments pour gagner la rupture.

❤Rich & Sad

Le morceau inattendu du projet, car c’est rare voire inexistant que le public puisse entendre un artiste dire « j’aurais aimé que l’argent te fasse rester ». Je m’étais dit que cela allait encore ressembler au morceau type du rap qui parle d’argent et de dépression mais bien au contraire Post Malone aborde le sujet différemment ce qui rend le son intéressant. L’énergie dans sa voix pousse à augmenter le volume et apprécier le morceau dans son ensemble.

❤Psycho (feat Ty dolla $ign)

C’est une mélodie assez douce qui est proposée dans ce morceau, Post Malone vise la lune avec les notes qu’il a atteintes. Ty Dolla $ign et Post Malone forment d’ailleurs un duo parfait et complémentaire. Les collaborations sont ce qui fait du bien à un album et Ty Dolla $ign a rempli son contrat en se baladant sur le morceau tel Hugh Hefner dans la Maison Playboy. Le meilleur aspect de la voix de Ty Dolla $ign est son mélange de soul chorale d’église et rap Henessy Backwoods qui match avec la voix de Post Malone.

Avec ce deuxième album, Post Malone satisfait entièrement sa fanbase et réussit même à faire oublier ses écarts. Ses chansons sont des récipients creux, des humeurs changeantes de l’artiste. D’un point de vue général le hip-hop est toujours aussi riche bien que Post Malone pense le contraire et c’est dans un sens ce qui le rend lui-même riche dans sa musique. Combiné à son look outrancier et sa personnalité décalée, Post Malone est aujourd’hui l’un des tops artistes Hip Hop de sa génération. Il est l’anti Macklemore, un rappeur blanc peu intéressé à prouver sa bonne foi ou à rendre un hommage à la culture hip hop. Il est cependant plus rentable que jamais et conserve sa position en tête des ventes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.