max b

Max B : retour sur l’exceptionnelle carrière du Wave God

Partager

En 2005, Max B sort d’une peine de prison de 8 ans et commence à se faire un nom dans le rap. Le rappeur originaire d’Harlem inonde les rues de New-York d’une succession de mixtapes et se fait remarquer par Jim Jones des Diplomats. Il fait ses armes auprès de ce dernier et contribue en retour à sa carrière en écrivant certains de ses plus gros singles. Un an plus tard, il se retrouve accusé de braquage et de conspiration d’homicide. Les faits exacts ? Charley Wingate de son vrai nom aurait envoyé son demi-frère Kelvin Leerdam aka Poo Sims et son ex-compagne Gina Conway braquer une ancienne conquête de cette dernière, un arnaqueur notoire disposant de grosses sommes en liquide. Au moment des faits, le duo improbable est surpris par un associé de la victime, qu’ils abattent sur le champ. Pour obtenir une peine allégée, Gina affirmera avoir agi conformément aux ordres de Max B. C’est sur la base de cette unique accusation que ce dernier sera arrêté puis condamné pour meurtre sans même avoir été présent sur les lieux du crime… Qui n’empêchera pas Max B de devenir une véritable légende du rap !

Max B contre Jim Jones, aux origines du conflit

Pour éviter de repasser par la case prison, Max fait appel à son ami Jim Jones, qui s’était fait un bon paquet de billets en profitant de son aide, pour payer sa caution. Mais Jim Jones refuse. Une décision qui donne lieu à de nombreuses tensions entre les deux rappeurs, un diss track et quelques passages d’interview qui resteront dans la légende. Mais la suite s’avère beaucoup moins divertissante. Convaincu que son innocence sera facile à prouver au vu du manque de preuves solides retenues contre lui, Max accepte les services offerts gracieusement par un avocat désireux de se faire un nom. Ce choix effectué à la légère aura de graves conséquences sur le futur du rappeur. Malgré le manque flagrant de crédibilité des témoignages qui l’accusent, il écope d’une peine de 75 ans de prison. Sa première peine et sa carrière de rappeur ont, selon toutes probabilités, joué en sa défaveur. Cette injustice est au fondement de la légende de Max B, mais il serait insultant pour ce dernier de s’y voir cantonné. Car son véritable exploit, c’est avant tout d’avoir inspiré en quelques années d’activité des dizaines d’artistes, dont certaines têtes d’affiches…

L’héritage précoce de Max B : A$AP Rocky, Wiz Khalifa…

De Wiz Khalifa à Curren$y en passant par A$AP Rocky : tous se réclament de l’héritage de Max B. Le spectre du rappeur d’Harlem aura plané sur le rap tout au long de son incarcération, non-seulement sur le plan de l’influence strictement musicale, mais aussi au travers de l’expression « wave » repris par bon nombre d’artistes… Et par le biais de multiples apparitions sur des morceaux ou des interludes enregistrés depuis le micro du parloir. De fait, Max s’est littéralement approprié le champ lexical de la vague, et n’hésite pas à user et abuser d’une ribambelle de surnoms dérivés (Wavy Crockett, The Silver Surfer, The Wave God). Difficile d’expliquer avec des mots les raisons pour lesquelles sa musique est qualifiée de « wavy », tout comme il serait difficile d’expliquer pourquoi Lil B a parlé de « cloud rap » pour décrire son propre style. Il s’agit avant tout de ressenti, de sensations nées de l’écoute et de la création. Pour autant, l’appartenance du terme est bien réelle : quand Kanye West décide en 2016 d’intituler son album Waves, Wiz Khalifa s’empresse de lui rappeler que les vagues ne peuvent pas exister sans Max B. Yeezy renommera le projet The Life of Pablo, et invitera son homologue sur l’interlude Siiiiiiiiilver Surffffeeeeer Intermission.

Les Coke Boys et une rencontre fortuite avec Harry Fraud

Durant cette période post-Jim Jones et pré-prison, Max commence à prendre sous son aile celui qui avec qui il formera les Coke Boys, French Montana. Les mixtapes Coke Wave 1 et 2 font parties des plus gros classiques de leurs discographies respectives et marquent le début de leur collaboration avec le beatmaker Harry Fraud. Le 9 juillet 2019, Coke Wave 4 voit le jour dix ans après le premier opus. Cette mixtape marque le véritable retour musical de Max B et ses retrouvailles avec son frère d’arme French Montana. L’alchimie entre les deux rappeurs est toujours présente, et la réapparition de son mentor est loin de nuire à French Montana, dont la carrière a toujours été construite sur des featurings opportuns malgré un talent indéniable. Privé de l’écrin offert par Max B, ses plus grands moments de gloire seront ceux où il laissera d’autres artistes prendre l’ascendant sur ses propres morceaux : de Lockjaw avec Kodak Black à Unforgettable avec Swae Lee, French Montana aura bien souvent recours à ce procédé lui permettant de tirer un bénéfice mutuel d’artistes à l’identité plus affirmée et à l’univers mieux travaillé.

Libération anticipée, vers un renouveau artistique du Wave God ?

Deuxième date à marquer d’une croix rouge : le 6 décembre 2019. Elle marque la sortie simultanée de l’EP House Money de Max B et de l’album MONTANA. House Money est certainement le meilleur moyen pour le rappeur de rassurer ses fans quant à sa forme du moment. L’EP présente une série de collaborations liées à sa carrière, de Cam’ron (Dipset), à son binôme French Montana en passant par Wiz Khalifa et A$AP Ferg. Interrogé à ce sujet lors d’un passage sur le podcast No Jumper, il affirmera être prêt à collaborer avec une nouvelle génération d’artistes, qu’il considère plus expérimenté que la sienne à ses débuts. Comme Gucci Mane, Max B conçoit son influence dans le rap comme un trophée et n’hésite pas à se mêler à ses fils… On ne peut que lui souhaiter un retour aussi triomphal que celui de son alter ego d’Atlanta. En espérant néanmoins qu’à la différence de ce dernier, ses plus belles années soient encore devant lui d’un point de vue artistique. Depuis sa condamnation, la sentence de Max B a été réduite à plusieurs reprises au point de laisser entrevoir une date de sortie à l’horizon 2021. Entre temps, le rappeur d’Harlem a d’ores et déjà commencé à travailler sur l’album Negro Spirituals, dont quelques singles ont été dévoilés au compte goutte depuis juillet 2019…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.