M.O.O.R Gang et la scène alternative de Seattle

Partager

En dehors de quelques grands noms comme Sir Mix-A-Lot, la scène rap du Nord-Ouest des Etats-Unis, qui inclut notamment dans l’Etat de Washington Portland, Seattle et la capitale fédérale a été particulièrement active à partir du milieu des années 1980, mais relativement méconnue. Cependant, depuis 2007 et la sortie de The Pocket, le hit de Tabi Bonney, la scène de D.C. a commencé à s’implanter activement dans le paysage national, d’abord avec la percée de Wale entre la sortie de sa première mixtape Paint a Picture en 2005 et celle de son album Attention Deficit en 2009, qui lui a ouvert les portes de la diffusion de masse, puis avec l’apparition remarquée de Shy Glizzy en 2013-2014 avec des morceaux comme Awwsome. En revanche, la scène de Seattle est restée relativement discrète, et ce malgré l’apparition d’une scène locale très riche et innovante, notamment portée par des artistes tels que les Emerald Street Boys et E-Dawg, Brothers Of The Same Mind et Digable Planets, plus récemment Boom Bap Project, Grayskul ou encore Grieves. Cette scène est alors majoritairement réunie au sein du label Rhymesayers Entertainment, elle connaitra son apogée vers 2009 avec la sortie de Home de Jake One, véritable hymne hip-hop de Seattle. C’est en 2012 que le M.O.O.R Gang, une structure locale indépendante regroupant producteurs et rappeurs de Seattle, a été créé, donnant un nouveau souffle à la scène rap de la ville, Jarv Dee dire à ce propos: “Moi et Nacho avons commencé au sein de Bad Ass Yellow Boyz avec Steezie NASA et avons pensé que plusieurs têtes valaient mieux que trois. Tous les membres du M.O.O.R Gang faisaient déjà partie de notre entourage donc nous avons juste décidé de se réunir et d’avancer ensemble.” Très actifs autour de Seattle et Wasghington, les membres du M.O.O.R Gang ont notamment été remarqués sur scène au Capitol Hill Block Party, un festival hip-hop en plein essor. Cette nouvelle scène est réunie par le rappeur Sam Lachow sur deux vidéos intitulées Young Seattle Part. 1 et Part. 2. Evidemment, la production musicale de Seattle ne se limite pas à cette scène, d’autres artistes tels que Sol ou Eighty4 Fly recentrent également un certain succès de leur côté.

Nacho Picasso

Il est l’un des membres fondateurs du M.O.O.R Gang, avec Jarv Dee, Avatar Darko et la rappeuse Gifted Gab, c’est aussi probablement le membre du label qui dispose de l’exposition la plus importante. Dans une interview, il nous confie que s’il était instinctivement porté vers le rap depuis l’enfance, il a toujours eu une préférence pour l’improvisation par rapport à l’écriture. Il fait ses premiers pas au sein du label Cloud Nice aux côtés de Jarv Dee dans le groupe Badass Yellow Boyz. Il sort son premier projet solo Blunt Raps en 2010 alors qu’il travaille encore sur l’album Ziploc Hip-Hop aux côtés du collectif. Ni mixé ni masterisé et enregistré avec les moyens du bord, le projet rencontre pourtant un certain succès, ce qui le pousse à poursuivre son cheminement artistique, notamment aux côtés du duo de producteurs Blue Sky Black Death avec qui il travaille sur pas moins de quatre projets, For the Glory en 2011, Lord of the Fly et Exalted en 2012 et Stoned & Dethroned cette année. En tout, Nacho a sorti en 5 ans de carrière 10 albums studio et un EP, intitulé The Witchtape. Sa voix au timbre pincé, son univers sombre et délirant et ses textes bourrés d’humour noir en font un rappeur très talentueux.

Jarv Dee

La deuxième tête du M.O.O.R Gang n’est pas moins intéressante. Contrairement à Nacho, Jarv a une voix plus fluide qui lui permet d’insérer des parties semi-chantées dans ses morceaux. Parmi ses influences, on retrouve côte à côte la Three-6 Mafia et Tech N9ne, DMX et Busta Rhymes, Devin the Dude, Michael Jackson et Rage Against The Machine, un panel d’artistes très large qui se ressent dans l’originalité de ses morceaux. Jarv Dee a sorti en tout et pour tout deux projets solo, en dehors des projets des Badass Yellow Boyz, Dopamine sorti en 2012 et Satellites, Swishers & Spaceships en 2015. Comme Nacho et le reste du M.O.O.R Gang, Jarv se distingue par une utilisation appuyée des moyens alternatifs de diffusion musicales que sont Soundcloud pour la diffusion de morceaux et Bandcamp pour la commercialisation de projets. Dans une interview pour le blog 206up, le rappeur affirme qu’à ses yeux, sa plus grande réussite est “le simple fait d’être seulement entendu et écouté”. Jarv est probablement le meilleur lyriciste du M.O.O.R Gang, ses textes recèlent souvent de réflexions ou de prises de position, par exemple l’insertion en introduction de Satellites, Swishers & Spaceships d’un extrait d’une vidéo de conspirationniste Jordan Maxwell.

Steezie NASA

Steezie est le cadet de Badass Yellow Boyz, le trio à l’origine de la création du M.O.O.R Gang et l’un des membres les plus actifs du label avec à son actif pas moins de quatre projets, à savoir Hella Proper qui rencontre un certain succès de 2011, Moor Militia deux ans plus tard en 2013, Lucky 7 en 2014 sur lequel on retrouve la touche du producteur du M.O.O.R MackNed et enfin son dernier projet en date Trap Alien sorti début 2015. Steezie est en quelque sorte la touche trap du M.O.O.R Gang, son univers est centré sur la vie du Central District et du South End de Seattle, deux quartiers pauvres à forts taux de criminalité d’o sont issus notamment Jimmy Hendrix et Sir Mix-A-Lot. Sur des morceaux comme Like A Movie, Murder Me ou encore Art Of War en featuring avec Nacho Picasso, on ressent clairement les influences sudistes du rappeur, tant au niveau de l’univers et des thèmes abordés qu’au niveau technique. En revanche, on ressent plus les influences locales de Steezie dans Maintain, All Day et dans ses collaborations avec MackNed comme 30/30.

Gift Uh Gab

Seule femme du collectif, Gifted Gab n’en est pas moins l’une des figures maîtresses, non-seulement en termes de capacités mais aussi de reconnaissance, puisqu’elle a été classée parmi les rappeuses à suivre par XXL Magazine en 2014. Gab grandit dans le Central District de Seattle, où elle développe ses talents musicaux au choeur de l’église, puis en apprenant le piano à l’âge de 6 ans. En 2004, les médecins diagnostiquent un cancer à sa mère et Gab déménage pour trois ans chez sa tante en Oklahoma. A son retour à l’âge de 16 ans, elle commence à rapper et est introduite auprès de Tawksicc, avec qui elle collabore sur plusieurs morceaux. Elle rencontre ensuite Sam Lachow, qui la met en lumière sur le morceau Young Seattle Part. 1 Déjà évoqué plus haut, et J. Byrd, le cousin de Nacho Picasso, qui lui permet d’intégrer le M.O.O.R Gang. Elle déclarera à ce propos: “J’ai grandi uniquement aux côtés d’hommes, et les femmes dans ma famille sont toutes très fortes et indépendantes. Les gens pensent toujours que c’est difficile pour moi d’être la seule femme dans un groupe de 12 hommes. Pas vraiment. C’est une chose à laquelle je me suis habituée.” Peu après sa participation au projet de Lachow, elle sort son premier projet, un EP intitulé Queen La’Chiefah. En 2014, elle sort son premier album intitulé Girl Rap et quelques mois plus tard un second EP, G-Shit.

Cam The Mac

Membre plus tardif du M.O.O.R Gang, Cam The Mac est porteur d’un univers musical assez original et unique, qui n’est pas sans nous rappeler ceux de Chance The Rapper ou Yung Lean par certains aspects. Cet univers repose en partie sur les clips du réalisateur Harry Clean, qui a la particularité d’intégrer des images d’archives ou de dessins animés aux images qu’il filme lui-même, par exemple dans Keyed Decisions. Les textes de Cam s’articulent souvent autour du thème de la drogue, c’est évidemment le cas de son hit My Weed, mais aussi d’autres morceaux tels que Lord ou Rollin’ Again. Ce n’est cependant pas le cas de toute sa production musicale, le morceau Live N Die est par exemple l’un de plus aboutis au niveau lyrical et technique de sa carrière. Le style du rappeur est nonchalant, s’appuie souvent sur des instrumentales douces, mais reste extrêmement technique. En 2013, Cam sort ses deux premiers projets, We$t Shit et 2Hunnidx6 en s’appuyant notamment sur le buzz de My Weed. Cette année, il a dévoilé Chief Killa, une mixtape gratuite essentiellement composée de remix.

Thaddeus David

Membre du M.O.O.R Gang également, Thaddeus David a la particularité d’avoir travaillé sous différents pseudonymes, notamment celui de Thadwick Tristen Trevor III sous lequel il a sorti en collaboration avec Swan Coltrane le projet Adventures in a Helluvastate annoncé par l’extrait Brain Champagne. En 2012, il sort son premier projet solo, un 6 titres intitulé Apprentice puis quelques mois plus tard Trapital Trill qui connait un certain succès suite à un concours dans lequel Thaddeus avait été nommé 10e rappeur à suivre du Nord-Ouest. On retrouve sur ce projet des collaborations avec les membres du M.O.O.R Gang, notamment Nacho Picasso sur Sir Lancelot et Jarv Dee sur Jiffy. C’est cependant sur None The Less, qui sort un an plus tard, que le rappeur parvient enfin à exprimer pleinement son univers exubérant, notamment sur le morceau Pizza Time dont le clip porte la griffe remarquable de Harry Clean. Un mois à peine après la sortie du projet, Thaddeus dévoile MoorThanLess, puis Laws of Attraction début 2014, sur lequel on retrouve MackNed, Cam The Mac et la jeune recrue du M.O.O.R Gang Sneak Guapo. Peu après, il sort MoreThanLess 2, dans la continuité musicale du premier mais l’un des rares projets longs du rappeur du haut de ses 15 pistes. Il dévoile en octobre un EP sans titre en collaboration avec le producteur Stewart Villain, qui a notamment travaillé avec Iamsu!, Vinny Cha$e et Smoke DZA. Actuellement Thaddeus travaille sur Parellels, un projet qui devrait voir le jour en décembre.

Kingdom Crumbs

Ce collectif n’est pas directement rattaché au M.O.O.R Gang, mais a tissé des liens très étroits avec ce dernier, non-seulement parce qu’il fait partie comme les Badass Yellow Boyz du label Cloud Nice, mais aussi et surtout parce que l’un des quatre membres qui le composent se révèle être Jarv Dee lui-même, les autres membres étant Tay Sean, Jerm D et Mikey Nice. Kingdom Crumbs est un groupe expérimental, qui tente d’innover en termes artistiques, d’apporter de nouvelles sonorités, de nouvelles tendances visuelles dans l’univers hip-hop qui les définit à l’origine. Ce qui définit le collectif avant tout, c’est l’amour de la musique, Tay Sean confie à ce propos: “J’en suis venu à ressentir la musique comme un moyen de s’augmenter spirituellement. Et que le processus de création musicale, de partage musical, est un voyage spirituel.” Kingdom Crumbs rencontre un certain succès grâce au titre Evoking Spirits, dont le clip a été réalisé par l’artiste d’animation Ori Toor pour exprimer “l’idée de conscience collective et la véritable nature de notre réalité”. Les deux autres clips du groupe, Pick Both Sides Of My Brain et Red Cups, qui utilisent tour à tour des jeux de lumières, de textures et de tonalités ne sont pas moins intéressants. Tous ces morceaux sont réunis sur l’unique projet du groupe, intitulé également Kingdom Crumbs, qui compte en tout 13 pistes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.