rap victoires de la musique

Le rap, grand absent de la 35ème édition des Victoires de la Musique ?

Partager

Lundi 13 janvier se tenait la conférence de presse de la 35ème édition des Victoires de la Musique en présence de Romain Vivien, directeur des Victoires de la Musique et directeur général de Believe France, Nathalie Darrigrand, directrice des programmes de France Télévisions, Alexandra Redde-Amiel, directrice des variétés et divertissements de France Télévisions, et Jean-Yves de Linares, Directeur Général des Victoires de la Musique. Cet évènement a été l’occasion pour les organisateurs de revenir sur les changements mis en place pour la première fois en 2020. L’académie des votants passe de 600 à 900 participants, dont 200 non-professionnels sélectionnés au cours d’un tirage au sort paritaire. De plus, le grand public est invité à voter en ligne au second tour pour trois catégories : chanson originale de l’année, concert de l’année et création audiovisuelle de l’année. Si le nombre de votants est ainsi amené à augmenter à vue d’oeil, les catégories, elles, passent de 13 à 8 avec la suppression de 5 catégories de genre (album de musiques urbaines, album rap, album de musiques du monde, album rock et album de musiques électroniques). Il s’agit pour France Télévisions et les Victoires de la Musique d’ouvrir les catégories généralistes à l’ensemble des registres, d’assurer une représentation aussi exacte que possible de la diversité du patrimoine musical national, mais aussi de réduire la durée d’une cérémonie jugée excessivement longue.

Les nominations aux Victoires de la Musique 2020

Artiste masculin
  • Philippe Katerine
  • Lomepal
  • Alain Souchon
Artiste féminine
  • Angèle
  • Clara Luciani
  • Catherine Ringer
Album
  • « Âmes fifties » – Alain Souchon
  • « Confessions » – Philippe Katerine
  • « Jeanine » – Lomepal
  • « Les étoiles vagabondes : expansion » – Nekfeu
  • « Panorama » – Vincent Delerm
Chanson originale
  • « Allez reste » – Boulevard des Airs feat. Vianney – Auteurs / Compositeurs : F.Dasque – J-N. Dasque – S.Duthu – J.Plante
  • « Ca va ça vient » – Vitaa & Slimane – Auteurs : Vitaa – Slimane / Compositeurs : Vitaa – Slimane – Renaud Rebillaud
  • « Nue » – Clara Luciani – Auteur : Clara Luciani / Compositeurs : Ambroise Willaume – Rémi Lacroix
  • « Presque » – Alain Souchon – Auteurs : Alain Souchon – Edouard Baer / Compositeurs : Ours – Pierre Souchon
  • « Stone avec toi » Philippe Katerine – Auteurs : Philippe Katerine – Arnaud Aymard / Compositeur : Philippe Katerine
Concert
  • « Both sides » – Jeanne Added – Production : Wart
  • « Brol Tour » – Angèle – Production : Auguri Productions & Angèle VL
  • « Le grand petit Concert » – M – Production : Labo M / L Productions
Création audiovisuelle
  • « Au DD » – PNL – Réalisateur : QLF
  • « Balance ton quoi » – Angèle – Réalisatrice : Charlotte Abramow
  • « Live Les Vieilles Canailles » – Les Vieilles Canailles – Réalisateur : Serge Khalfon
Révélation scène
  • Hoshi – Production : Caramba
  • Aloïse Sauvage – Production : Initial Artist Services
  • Suzane – Production : W spectacle
Album révélation
  • « Les failles » – Pomme
  • « Maëlle » – Maëlle
  • « Tempéraments » – Malik Djoudi

Le rap, grand absent de la cérémonie ?

En supprimant les catégories de genre en en particulier les deux catégories dédiées au rap, les Victoires de la Musique rendent possible une sélection d’albums et d’artistes invisibilisant ce registre. Bien qu’imparfaites à bien des niveaux, les catégories de genre constituaient un garde-fou garantissant au rap et à l’urbain une certaine visibilité à l’échelle de cet évènement, malgré le penchant traditionnel de l’académie de votants pour la chanson française. Interrogés par l’équipe REVRSE à ce propos, les organisateurs des Victoires de la Musique ont affirmé que ce changement visait en premier lieu à offrir aux interprètes urbains la possibilité de concourir dans les sélections généralistes, au même titre que les artistes d’autres registres. Une intention louable qui ne se concrétise pas dans les faits, puisque trois artistes urbains seulement figurent dans l’ensemble des catégories. Un choix difficilement représentatif pour un registre qui représente 40% à 50% des ventes au Top 200 Albums en 2019 (SNEP) et qui brille par sa productivité. In fine, les sorties rap sont-elles considérées comme de moindre qualité ? C’est une question que se posent plusieurs observateurs, dont le média PureBreak qui reproche à cette édition son manque de diversité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.