La mort de Lil Peep va-t-elle créer un électrochoc parmi la nouvelle génération?

Partager

Le 15 novembre 2017, le monde du rap pleurait la disparition de Lil Peep des suites d’une overdose de Xanax. Si les effets des drogues dont usent et abusent certains rappeurs de la nouvelle génération étaient déjà connus depuis longtemps, il semblerait que cette récente tragédie ait commencé à éveiller les consciences à ce sujet. En effet, Lil Uzi Vert, pas avare en références aux substances psychotropes, a déclaré avoir arrêté sa consommation depuis. Cette prise de parole semble salutaire à l’heure où on observe une recrudescence de ce genre d’incidents, que ce soit chez les jeunes ou chez les rappeurs.

Ce n’est pas la première fois qu’une mort de rappeur marque autant les esprits. En septembre 2012 notamment, la mort de Lil Jojo âgé de 18 ans a mis en lumière la violence des guerres de gangs à Chicago. En 1995, Eazy-E diagnostiqué du SIDA puis mort un mois après le diagnostic a mis en lumière les dangers liés aux comportements sexuels à risque. Bien entendu, les meurtres de Tupac et Notorious B.I.G en 1996 et 1997 restent les décès les plus médiatisés de l’histoire du rap…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.