Hommage : quand les rappeurs samplent Aretha Franklin

Partager

Aretha Franklin s’est éteinte ce 16 août, à 76 ans, après huit ans de lutte acharnée contre le cancer. Véritable reine de la soul, son impact sur la musique est incommensurable. Sa discographie immense – trente-trois albums pour 75 millions de vinyles écoulés, la plus grosse vendeuse de ce format – et son engagement fort ont marqué durablement sa génération mais aussi celles qui ont suivi. Le rap ne fait pas exception et est criblé de morceaux construits autour de samples ou ornés de samples d’Aretha Franklin. De tous ces morceaux, le plus connu se trouve sans doute sur le premier album de Kanye West, The College Dropout. Le rappeur de Chicago, fin connaisseur de la soul, samplait Spirit In The Dark d’Aretha Franklin en 2004 sur School Spirit produit par lui-même avant de doubler la mise avec Slum Village et John Legend sur Selfish en samplant un autre titre iconique, Call Me.

Ce dernier est très plébiscité par le rap. Outre Kanye West, Big Sean le sample également dans un morceau du même nom sur sa première mixtape, Finally Famous: The Mixtape, tout comme Method Man sur Spazzola. Enfin, la nouvelle génération n’est pas en reste puisque Joey Bada$$ sample lui aussi ce titre sur Reign.

Si l’on devait citer un autre morceau d’Aretha Franklin extrêmement récurrent dans le rap, ce serait sans hésiter Rock Steady. Dans les années 80 et 90, des artistes majeurs l’intègrent dans leur composition. Parmi les plus connus, il y a Dr. Dre d’abord sur Rat-Tat-Tat-Tat, issu de The Chronic, premier album du Californien sorti en 1992, puis le duo d’Atlanta OutKast sur l’envoûtant Jazzy Belle produit par le légendaire trio Organized Noize. Le duo EPMD rendait également hommage à la chanteuse sur I’m Housin’ tout comme Public Enemy, qui, par trois fois – sur Miuzi Weighs A Ton, Shut ‘Em Down et Night Of The Living Basehead – sample Rock Steady.

Il s’agit de ne pas non plus oublier Day Dreaming, morceau d’Aretha Franklin qui a notamment inspiré T.I. pour le titre Let’s Get Away issu de son album iconique Trap Musik, ainsi que Cam’ron avec Daydreaming, où le sample est l’élément clé du charme de son rap apaisé durant lequel il fait amende honorable et promet d’être un homme meilleur à sa moitié. Mos Def, maintenant connu sous le pseudonyme de Yasiin Bey, faisait également de la chanteuse la pièce maîtresse en samplant One Step Ahead sur son morceau Ms. Fat Booty, premier single de Black On Both Sides.

Parfois, la douceur d’Aretha Franklin a été pervertie. You Are My Sunshine s’est retrouvée samplé sur Drop A Gem On ‘Em de Mobb Deep, une réponse sèche et violente au diss track de Tupac Hit Em Up. Prodigy et Havoc sortent la sulfateuse et arrosent Death Row de lignes assassines. Prodigy, en particulier, fait pleuvoir les menaces.

De l’autre côté de l’Atlantique, les amateurs d’Aretha Franklin sont moins nombreux mais toujours visibles. Par exemple, MC Solaar, en 1998, sample sur son album éponyme au travers de La cinquième saison le titre Call Me. Plus tard, MC Jean Gab’1 sample sur le morceau fleuve Donjon la chanson (You Make Me Feel Like) A Natural Woman. Puis, Lady Laistee et Diam’s sur Un Peu De Respect, posent sur un sample de Respect d’Aretha Franklin, une reprise d’un titre du même nom d’Otis Redding devenu un hymne féministe et politique. Ce même titre a été repris au hasard par Public Enemy pour Revolutionary Generation et Kool Moe Dee pour No Respect.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.