Guide à l’usage des rappeurs : 10 phrases à ne pas prononcer au tribunal

Partager

Depuis le début du mois d’août, les caméras françaises sont braquées Booba et Kaaris pour ce que certains se sont empressés de surnommer la « bataille d’Orly ». D’abord placés en détention provisoire, les deux rappeurs ont été remis en liberté sous contrôle judiciaire ce jeudi 23 août en attendant leur procès qui se déroulera le 6 septembre. Durant leur première comparution au tribunal de Créteil, à la suite de laquelle ils avaient été placés en détention provisoire, ils avaient tous deux exprimé leurs regrets concernant l’incident. A l’intention d’artistes qui pourraient se retrouver dans une situation similaire à l’avenir et connaissant la relation tumultueuse que les rappeurs ont tendance à entretenir vis-à-vis des juges, nous avons décidé de rédiger les dix commandements du rappeur au tribunal, la liste non-exhaustive des dix phrases à absolument éviter de prononcer lors d’un procès…

Les meilleures récupérations de « la bataille d’Orly »

1️⃣ Mise en comparution immédiate…

Après votre arrestation, vous êtes placé en garde à vue puis devez passer, si telle est la décision du parquet, en comparution immédiate. Même si vous êtes déjà certainement fatigué par une nuit en cellule, gardez votre sang froid. Ne vous énervez pas comme Kalash Criminel et Kaaris dans Arrêt du cœur, cette profusion d’insultes à l’encontre des représentants de la justice française — aussi légitimes soient-elles — ne manquera pas d’alourdir votre peine.

Fuck la juge et le commissaire

2️⃣ En arrivant au procès…

Le premier face-à-face avec la juge et les autres intervenants dans un tribunal est toujours important, alors pas de bêtises. Si la tête de la juge vous dit quelque chose, peut-être l’avez-vous déjà rencontrée, que ce soit dans la rue dans un vif échange de regards, ou à l’occasion d’ébats d’une soirée… Dans ce second cas, ne faites surtout pas comme Kaaris dans A la barrière, car prétendre avoir eu des rapports avec la juge, c’est tout d’abord très osé, mais c’est aussi de la diffamation si les dits rapports n’ont pas eu lieu. Dans le cas contraire, rester coi ne pourra que jouer à votre avantage, et d’autant plus si la magistrate a apprécié sa soirée

Madame la juge excusez-moi, je vous avais pas reconnue habillée

3️⃣ Si la détention provisoire est requise…

La comparution se termine, et la juge décide de vous placer en détention provisoire jusqu’à votre procès. Déjà las de votre garde à vue, vous auriez raison d’être énervé : la comparution immédiate est censée permettre d’éviter de reporter le procès. Votre colère, aussi légitime puisse-t-elle être, n’arrangera rien, alors ne sortez pas les grands mots et gardez encore une fois votre sang froid afin de minimiser les peines et le temps perdu. Si, comme ce cher Elie Yaffa, votre flûte est vide, mieux vaut alors garder le silence que perdre le contrôle de ses paroles, bien que cela puisse avoir un charme certain pour l’auditeur.

S’te plaît madame la juge relâche-moi sale pute

4️⃣ Si vous tombez sur une juge peu compréhensive…

Comme tout le monde, les juges sont des êtres humains et, comme il en a toujours été, il en existe des bons comme des mauvais qui, comme tout le monde, ont aussi leurs bons et leurs mauvais jours. Si la chance est avec vous, votre procès sera peut-être confié à une juge qui ira dans votre sens. Cependant, le contraire est tout aussi possible, vous pouvez malheureusement vous retrouver confronté à une juge très dure. Aux grands mots les grandes insultes, ne tentez pas une hypothèse pour expliquer ses décisions comme Ninho dans Chino… Y a-t-il besoin d’expliquer les raisons pour lesquelles cette phrase est à éviter à tout prix ?

La juge est mal baisée donc elle est vraiment sévère

5️⃣ Le choix de l’avocat…

Cette fois, il s’agit tout autant d’une phrase à éviter de dire que d’un commandement à suivre ! La dire consisterait à révéler votre stratégie et cela vous en coûterait certainement. Suivez le conseil de Sadek dans LaChute mais gardez cela pour vousCependant, ce conseil n’est pas à suivre à la lettre car il peut autant vous donner l’avantage que vous porter préjudice ; mieux vaut avoir un avocat connaissant ET la loi ET la juge pour mettre toutes les chances de son côté.

On a besoin d’un bon baveux qui manie l’art de la ruse
Faut pas qu’il connaisse bien la loi mais faut qu’il connaisse bien la juge

6️⃣ Au moment d’expliquer votre comportement…

Lors d’une comparution, vient évidemment le moment où vous devrez répondre de vos actes et tenter de vous défendre, avec l’aide de votre avocat. Laissez d’abord celui-ci prendre en main votre défense puis, lorsque vous serez appelé à la barre, ne justifiez pas votre comportement comme Sofiane dans X

Madame la juge on a grandi trop zehef
A six sur une tchoin qu’a la tête à Djorkaeff

7️⃣Si vous vous retrouvez condamné

Après maintes et maintes comparutions, la détention provisoire, vous vous retrouvez finalement condamnés à une peine d’emprisonnement. Vous connaissez la vie en prison et savez que la prison est comme une micro-société au cœur de la société elle-même : elle vit de trafics et de combines plus ou moins sûres… Si la juge vous entend dire cela, elle saura alors que  vous savez vous y débrouiller et vous placera peut-être en isolement, à l’écart de tout contact avec le reste de la population carcérale, loin des combines et de la liberté conditionnelle.

Même condamné on sort en condi, on trouve des combines

8️⃣ Face à l’injustice dans la justice…

Ce que l’on appelle la justice à deux vitesses est un thème récurrent dans les textes de rap français, comme peut le souligner le récent tweet de Booba quant à son procès. Nous pouvons constater qu’il est plus facile d’échapper à la justice lorsqu’on est un proche de Macron ou un représentant de l’Eglise que lorsqu’on est un rappeur issu de la culture populaire. Dans cette injustice, vous vous retrouvez avec une peine que vous trouvez injuste à l’heure où le crime est à profusion et où les crimes et délits sont jugés avec incohérence. Cette dénonciation de l’injustice, subtile insulte à l’encontre de la juge, à mi-chemin entre l’apologie du crime et la dénonciation de son abondance, est malheureusement à éviter pour sa semi-vérité et son arrogance.

Les juges ont des cornes, et le crime se vend en cornet

9️⃣Fin du procès, vous pouvez garder le silence

C’est la fin du procès et, que vous vous retrouviez condamné ou non, cette histoire a entretenu la haine que vous portiez déjà aux représentants de la justice française. Arrestations, gardes à vues, comparutions, peines, injustice et incompréhension ont caractérisé l’aversion que vous ressentiez déjà pour toute la flopée de gardiens de la paix, juges et procureurs. Bien que le procès soit fini et que vous ayez déjà écopé de vos peines, ne sortez pas de vos gonds et gardez les pieds sur terre, tout à l’inverse de Kaaris dans La mort ou tchitchi avec Niro. Quoique… Peut-être pouvez-vous vous permettre ce plaisir ?

J’lève le troisième doigt pour les juges, le proc et les forces de l’ordre

🔟Sortez souriant, mais n’en révélez pas la raison 

A la fin du procès, vous vous retrouvez donc condamné et êtes envoyés en prison. En sortant du tribunal cependant, malgré votre condamnation, vous gardez le sourire aux lèvres. En effet, vous savez comme Ademo de PNL que chaque acte a ses conséquences et que la décision prise par la juge ne sera certainement pas sans représailles. Mais le plus important, c’est de savoir garder cela pour soi.

J’souris car j’connais déjà le sort de cette juge qui me condamne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.