#FastChronique n°2 : Visionnaire, un Monsieur Fall bis?

Partager

Près de deux ans après son retour, Lefa nous livre un troisième projet, après l’album Monsieur Fall et l’EP #TMCP, regroupant 10 freesyles. Alors que ses prestations en solos ont créé des avis mitigés, nous sommes en droit de nous interroger quant au contenu de cet album et de la direction prise.

➡️ Des qualités de kickeur restées intactes depuis la Sexion d’Assaut

Au sein de la Sexion d’Assaut, il faisait partie des membres les plus populaires derrière les mastodontes que sont Maître Gims et Black M. Sa technique et son flow incisif en faisaient un rappeur apprécié, dont le retrait du monde de la musique fut regretté du public, mais également de la scène rap française. Sur cet album, ainsi que sur ses deux derniers projets on remarque que ces qualités n’ont pas disparu. En effet il les distille tout au long du projet.

Leader Price, on a bu Cola / Puis j’ai vu Bercy faire la hola

À l’image de Monsieur Fall, le projet commence par un son tout en kickage, Fais le, où il parle notamment de son passé et son ascension  (“J’ai traversé des déserts, des tempêtes de sable / On a rempli des p’tites salles et puis des stades“).

On retrouve son confrère de la Sexion d’Assaut JR’O’Crom sur Gucci Love, dont Double X, le duo de beatmakers en vogue, est à créditer pour l’instrumentale. Le morceau, qui parle essentiellement de ceux qui dépensent tout leur argent dans les vêtements de marque, fonctionne malgré une thématique déjà vue dans le rap français.

Visionnaire, le morceau éponyme, se démarque particulièrement, puisque posé sur une instrumentale épurée signée Jo A Touch, il aborde de nombreux sujets: sa vision de la société et de l’homme de manière plus générale (“L’Homme est pas facile à rassasier / Tu peux pas l’empêcher d’ter-ma d’autres assiettes“), mais également du racisme (“Le coq se sent p’t-être agressé / Parce qu’on préfère l’bouffer braisé“) le tout avec l’aisance qui le caractérise.

➡️ Des incursions vers la pop urbaine des fois nécessaires

Étant un artiste estampillé Wati-B, et plus particulièrement Sexion d’Assaut, il était évident de trouver dans ce disque des morceaux orientés pop-urbaine. Certains de ces sons parviennent à faire mouche. On pensera notamment à Bi Chwiya, qui fut un des extraits dévoilés par Lefa avant la sortie de l’album.

Popstar, en collaboration avec Spri.noir est un morceau aux sonorités estivales qui se révèle efficace, avec une bonne alchimie entre les deux rappeurs. Cependant, ce dernier  ne maîtrise pas totalement cette couleur musicale, et ne possède pas la science du refrain dont Maître Gims dispose. Par exemple, Garantie, traite le thème de l’amitié et du succès de manière convenue ne convainc pas, notamment en raison d’un refrain auto-tuné qui n’est pas assez efficace.

Après l’écoute de cet album, nous nous rendons compte que ses défauts sont les mêmes que ceux de Monsieur Fall, à savoir qu’après une première partie de l’album ou le rappeur fait ce qu’il maîtrise vient une deuxième partie constituée essentiellement de morceaux plus chantés, où il excelle moins. Cependant, ce n’était pas une surprise au vu de la tracklist, surtout lorsque l’on sait qu’avec des En terrasse, Rappelle-la et 20 ans, il a pu entrer en rotation et toucher un grand public, et obtenir sur le long terme un disque d’or.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.