emodrill

« EMODRILL », le manifeste de la génération SoundCloud ?

Partager

Après des années dans les steppes de SoundCloud, la scène underground française a opéré un exode vers les plateformes de streaming. Si d’ailleurs l’expression même de « scène SoundCloud française » semble désuète, elle a soulevé, tout au long des dernières années, de multiples débats. Considérée comme un entre-soi incapable de produire des têtes d’affiches, contrairement à son pendant étasunien, ses acteurs ont, très tôt, été condamnés à des carrières à l’ombre de la scène mainstream malgré des succès artistiques indéniables. Contre toute attente, la tendance a fini par s’inverser avec la montée en puissance d’artistes comme Freeze Corleone, son collectif 667 ou encore les lyonnais de Lyonzon. Parmi les dernières sorties de cette mouvance, la compilation Emodrill – Le nouveau Western est un condensé de fraicheur qui met à l’honneur cette scène souterraine soudainement ouverte à une visibilité sans précédents. Orchestré par les labels Maison Blanch et Because Music, le projet mélange des figures emblématiques de SoundCloud à des artistes moins exposés pour un rendu tout à fait plaisant. Désormais au centre de l’attention médiatique et rendus accessibles au plus grand nombre, les artistes de la scène SoundCloud française et leurs descendants parviendront-ils à pleinement exploiter leur potentiel ?

Gizo Evoracci, la mathématique derrière Maison Blanch

Originaire de Grigny, épicentre créatif de la scène underground de l’Essonne des années 2000, Gizo Evoracci fera ses classes aux côtés de Seno (Les Sales Blancs) et de Cokein (aujourd’hui manager, entre autres, d’Alkpote et de Luv Resval). Débarqué par les aléas du destin en plein milieu de South Central, il y fait la rencontre de légendes de la West Coast comme Snoop Dogg et Kurupt. Dans la deuxième moitié de la décennie, Gizo s’associe à la société Kol Records, spécialisée dans la production de spectacles et l’organisation de collaborations internationales. Entre la Russie, où il se connecte avec le gangsta rappeur Roma Zhigan, les États-Unis et l’hexagone dont il ne parviendra jamais vraiment à se détacher, le rappeur se forme peu à peu un background unique. À l’aube de l’année 2019, il fonde son propre label qu’il baptise Maison Blanch. Première signature de l’écurie, Retro X sera bientôt rejoint par Lala &ce et Skinny Sixbool. Cela fait déjà plusieurs années, depuis 2016, que le jeune artiste tente se se faire un nom avant de gagner en visibilité avec le succès d’Etho. Il multipliera par la suite les collaborations avec Lala &ce et Jorrdee en se revendiquant porteur d’un mouvement qu’il nomme l’EMODRILL.

Renouer avec la grande époque du rap SoundCloud

L’ère active de la scène SoundCloud française, qui s’étale de 2014 à 2018, correspond à une période de forte productivité ponctuée par une série de compilations marquantes. Parmi ces dernières, 67ème Degré, sortie en 2016, comporte quarante titres inédits des membres du 667 sélectionnés et remixés par Ocho. L’année suivante, Sahara Hardcore, Vol. 1 rassemble de nouveau les membres de la Secte et d’autres artistes comme Retro X, Salomon Faye ou encore Gabe Nandez. Enfin, en 2018, Retro X, Jäde, Sali, Luni Sacks, Majdon Co et 8Ruki apparaissent sur Cloud 16 du producteur Izen. C’est dans une optique similaire mais avec des moyens autrement plus importants que le projet Emodrill – Le nouveau Western renoue avec la spontanéité de ses illustres ainés en réunissant 24 interprètes et une quinzaine de producteurs sur 25 titres. Parmi ces derniers, le triumvirat de l’emodrill composé de Retro X, Lala &ce et Jorrdee. On y retrouve également le très en vue Captaine Roshi, qui a fait ses gammes sur SoundCloud avec son ancien collectif Ultimate Boyz. Figurent également, le rappeur Sawmal co-fondateur du collectif Rive Magenta et des producteurs comme SBOY, Bobby San (TheHashClique), Rolla et Izen. À cette ossature se joignent des noms plus méconnus comme Mrt Blueberry et Lusso qui sont à l’initiative du premier manga sur le monde du rap intitulé Dearworld, qui illustre un projet du même nom exclusivement disponible sur SoundCloud.

Saloons et diligences : voyage dans un far-west rapologique

Si Emodrill – Le nouveau Western peut-être perçu une résurgence de la scène SoundCloud, le projet dans son ensemble tend vers un horizon beaucoup plus large. La supervision de Gizo en partenariat avec le co-fondateur de Because, Emmanuel de Buretel, ainsi que la présence de Fifou à l’imagerie et de Katrina Squad sur le titre Sold Out lui confèrent un cachet inédit. Les partenariats avec des marques comme Adidas, Red Bull, Heineken ou encore Chivas confirment son potentiel commercial. L’initiative dispose d’ailleurs de sa propre chaîne YouTube sur laquelle figurent déjà quatre clips  et les deux premiers épisodes d’une série documentaire qui plonge dans le processus de création du projet. Ouvrage collectif, Le nouveau Western préfigure à une semaine d’intervalle le premier album de Retro X, intitulé Le Ciel. En l’espace de deux semaines l’emodrill s’impose donc au travers d’un ambitieux diptyque. Si l’absence de certains noms (Freeze Corleone, Gouap, Mazoo et JMK$) empêche d’englober toute la scène SoundCloud de la grande époque, l’expression « nouveau western » cristallise l’atmosphère d’un far-west rapologique où les hors-la-loi sévissent à base de braquages de diligence et bagarres de saloon pour le plus grand plaisir des auditeurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.