jarv dee dopamine

« Dopamine », Jarv Dee et la scène alternative de Seattle

Partager

En dehors de quelques grands noms comme Sir Mix-A-Lot, la scène rap de Seattle a été particulièrement active à partir du milieu des années 1980, mais relativement méconnue. C’est en 2012 que le M.O.O.R Gang, une structure locale indépendante regroupant producteurs et rappeurs, a été créé, donnant un nouveau souffle à la ville. Très actifs autour de Seattle et Wasghington, les membres du M.O.O.R Gang ont notamment été remarqués sur scène au Capitol Hill Block Party, un festival en plein essor. Jarv Dee, co-fondateur du collectif, confiera : « Moi et Nacho [Picasso] avons commencé au sein de Bad Ass Yellow Boyz avec Steezie NASA et avons pensé que plus de têtes valaient mieux que trois. Tous les membres du M.O.O.R Gang faisaient déjà partie de notre entourage donc nous avons juste décidé de se réunir et d’avancer ensemble. » Là où Nacho se démarque rapidement grâce à sa voix au timbre pincé, son univers sombre et délirant et ses textes bourrés d’humour noir, Jarv Dee restera en retrait malgré une série d’albums de haute facture. Jouant sur une voix plus fluide, il alterne sur la plupart de ses titres passages chantés et rappés. Avec Dopamine, son premier projet solo paru en 2015, il livre une performance remarquable et développe un univers dont on a du mal à se détacher.

Dopamine, Jarv Dee et la nouvelle scène alternative de Seattle

Avec Dopamine, Jarv Dee livre probablement l’un des meilleurs projets rap de Seattle sur l’ensemble de la décennie. Parmi ses influences, on retrouve côte à côte la Three-6 Mafia et Tech N9ne, DMX et Busta Rhymes, Devin the Dude, Michael Jackson et Rage Against The Machine, un panel d’artistes très large qui se ressent dans l’originalité de ses morceaux. Jarv Dee a sorti en tout et pour tout quatre projets solo, en dehors des projets des Badass Yellow Boyz, Dopamine sorti en 2012, Satellites, Swishers & Spaceships en 2015, The Red Eye Jedi en 2016 et Safe Travels en 2018. Comme Nacho et le reste du M.O.O.R Gang, Jarv se distingue par une utilisation appuyée des moyens alternatifs de diffusion musicales que sont Soundcloud pour la diffusion de morceaux et Bandcamp pour la commercialisation de projets. Dans une interview pour le blog 206up, le rappeur affirme qu’à ses yeux, sa plus grande réussite est « le simple fait d’être entendu et écouté ». Jarv est probablement le meilleur lyriciste du M.O.O.R Gang, ses textes recèlent souvent de réflexions ou de prises de position, par exemple l’insertion en introduction de Satellites, Swishers & Spaceships d’un extrait d’une vidéo du conspirationniste Jordan Maxwell.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.