Ca$h Money Records: Where The Dreams Come True ?

Partager

Ca$h Money Records, le label idéal pour réaliser ses rêves ? Lil’ Wayne l’affirmait en 2007. Et vu la position qui était la sienne il était normal qu’il l’ai pensé. Après tout Birdman et Slim l’avaient confortablement installé chez les Hot Boy$ avant d’en faire une star en solo. Aujourd’hui l’époque des It’s Cash Money over everything, it’s in my blood I feel it running in every vein a laissé place à celle des All I got is Young Money, no more Cash, nigga. Pourquoi ? Parce que le label a osé reporter son “Tha Carter V”. Scandale ? Pour Lil’ Wayne et son public oui.

Nouvelle pratique ? Non. Et c’est parce que le label a raté de nombreux rendez-vous que j’ai eu envie de faire cette article. Parce que finalement Lil’ Wayne et son 5ème “Tha Carter” ne sont que la dernière illustration de ces blocages par manque de buzz apparent. Pour certains les frères Williams ont sans doute eu raison, pour d’autres on peut se permettre d’en douter … Retour sur 10 d’entre eux :

 Busta Rhymes :

BustaY a t-il vraiment besoin de revenir sur le début de carrière de Busta Rhymes ? Vous savez “Wooh Ha”, “Break Ya Neck” et tout ça ? Sur ses feats avec Mariah Carey ou avec Janet Jackson peut-être ? Non c’est bon ? C’est vrai qu’il a suffisamment de titres parlant d’eux même. Et si vous pensez ne pas connaitre il vous suffit de cliquer pour voir que vous avez tord.

Bref passons directement à sa période Ca$h Money. C’est en 2011 qu’il signe avec label, surement poussé par le succès récent de “Look At Me Now” de Chris Brown sur lequel il croise Lil’ Wayne. Son premier single sur le label, “Why Stop Now” lui ressemble d’ailleurs beaucoup. Mise à part ça il préparait la suite de “E.L.E.”, qu’il prépare toujours, il a sorti un street-album en 2012, mais en indépendant, et il apparait sur un single de Shanell. Pas grand-chose ? Non et c’est sur ce pas grand-chose qu’il a quitté le label il y a quelques mois pour divergences artistiques.

Palmarès : 2 Disques d’Or, 5 Disques de Platine.

Curren$y :

Curren$yCurren$y aura définitivement eu un parcours chaotique … Depuis 2010 et les succès de ses “Pilot Talk” et du lancement de Jet Life on aurait presque tendance à l’oublier mais avant d’en arriver là il est passé par No Limit, en tant que membre des 504 Boys, puis est parti vers chez Ca$h Money en tant que membre de Young Money, première génération.

C’est en 2004 qu’il rejoindra le label naissant de Lil’ Wayne. Dessus il sortira plusieurs mixtapes, participera à “Young Money Vol.1”, apparaitra sur “Tha Carter II”, sur “Fast Money” de Birdman et sur un tas d’autres tapes de ses coéquipiers de l’époque.  L’album solo par contre n’arrivera pas, et ce malgré un premier single clippé plutôt efficace : “Where Da Cash At”.

Il quittera le label en 2007 et finira par faire son petit bout de chemin en indépendant avant de signer avec Warner et d’ouvrir son propre label sur lequel il signera, entre autre, T.Y., le fils d’un ancien-Ca$h Money. La boucle est bouclée.

Palmarès : Pas de certifications mais un tas de bons projets et des ventes honorables.

Kevin Gates :

KevinKevin Gates c’est peut-être purement et simplement le mec à côté duquel il ne fallait pas passer. Il est dans le milieu depuis maintenant quelques années mais depuis 2 ans tout semble plus ou moins lui réussir. Depuis la sorti de “The Luca Brasi Story” plus précisément. Rappeur de Bâton Rouge, il est assez rapidement repéré par Young Money et apparait en featuring sur plusieurs mixtapes de leurs artistes dès 2012. Aux côtés de Flow, de Gudda Gudda ou encore de Lil Chuckee. Le label était bien entendu sur le coup et lui a proposé un contrat auquel il a simplement répondu Non Merci. Le label se contentant donc de le manager.

Depuis il a signé sur Atlantic, il est de plus en plus présents sur des featurings importants et où il vend maintenant des quantités assez importantes de mixtapes sorties gratuitement.

Palmarès : Un bon paquet de bonnes mixtapes vendus à quelques dizaines de milliers d’exemplaires chacune.

Lil’ Wayne :

Lil' WayneLil’ Wayne, Lil’ Wayne, Lil’ Wayne … Non je ne le mets pas là pour “Tha Carter V” et non il n’y a pas eu d’embrouilles équivalentes dans le passé même s’il a déjà pensé partir à deux ou trois reprises. Vous vous souvenez d’annonces concernant “I Can’t Feel My Face” avec Juelz Santana ? De “T-Wayne” avec T-Pain ? De “Like Father Like Son 2” avec Birdman ? De la nouvelle version des Big Tymers avec Drake ? D’un projet commun avec 2Chainz ? Quand on avait de la chance on avait des tapes, comme “Blow” par exemple. Parfois on avait un son ou deux à se mettre sous la dent. Souvent on avait rien.

Le truc c’est que pour la plupart on nous rappelle de temps en temps que c’est toujours d’actualité. Ceci dit, au jour d’aujourd’hui, on peut barrer le Big Tymers et l’album commun avec Birdman de la liste. Ça, au moins, c’est sur.

Palmarès : Vous ne pensiez quand-même pas que j’allais retaper toute les certifs de Weezy ?

Mystikal :

Mystikal

La relation entre Ca$h Money et l’auto-proclamé Prince Of The South n’a pas toujours été au beau fixe. Il a débuté avec Big Boy Records, un label rival avec lequel quelques diss ont été changés puis est passé chez No Limit, autre label phare de la Nouvelle Orléans avec qui les relations étaient elles aussi tendus.  Bref rien à l’époque ne laissait penser qu’il rejoindrait Birdman un jour.

C’est pourtant ce qui arrivera en 2011, 1 ans après qu’il ai fini de purger sa peine de prison. Depuis ? Pas grand-chose. Un clip ou deux, une participation à l’album du “Rich Gang” et c’est à peu près tout. Aujourd’hui il a l’air d’être à nouveau libre, prépare toujours “Original” et à sorti récemment le son “Feel Right” avec Mark Ronson qui fait son petit bout de chemin.

Palmarès : 2 Disques d’Or, 2 Disques de Platine, 1 Double Disque De Platine.

Paris Hilton :

Paris HiltonParis Hilton ? Oui oui, il faut bien rigoler un peu et il faut bien avouer qu’il y aurait sans doute eu des trucs très drôles si son album était bel et bien sorti sur Ca$h Money comme c’était prévu.

Au début on aurait pu se dire qu’il ne s’agissait là que d’un coup de pub de Birdman, histoire de la faire apparaitre dans un clip ou deux comme celui de “Tapout”, histoire aussi de se servir de sa notoriété, et histoire de pourquoi pas tourner un nouvelle épisode de “1 Night In Paris”. Qui sait après tout ?

Le problème c’est qu’elle a bel et bien sorti des sons finalement, des clips avec des licornes même, comme celui de “Come Alive” … Et en restant dans le domaine des créatures fantastiques elle a même eu droit à un featuring de Lil’ Wayne sur “Good Time”. Bref Birdman on t’aime bien mais là il faudrait quand-même revoir ton sens des priorités.

Palmarès : Un papa riche et une sextape. C’est déjà bien.

Soulja Slim :

Soulja SlimSoulja Slim est une véritable légende à la Nouvelle Orléans. Le genre de mec qui a son portrait géant tagué sur un mur de studio. Quand on parle de lui par contre, on pense directement à No Limit, ou à sa mort en 2003, à Ca$h Money ? Pas vraiment. Et pourtant à une époque il était plutôt proche d’eux. Il est apparu sur certains projets du label lorsqu’il se faisait encore appeler Magnolia Slim. Aux côtés d’U.N.L.V. par exemple.

Il fit sa carrière de son côté et finalement il n’y eu jamais rien eu de concret entre lui et le label. Et pourtant rien ne dit que que ça ne serait pas arriver s’il était resté en vie. En effet, c’est lui, avec le single “Slow Motion” de Juvenile qui offrit au label son premier Numéro 1 au Hot 100. Rien de moins. Comme le disait Weezy, Moment of silence for the homeboy Soulja Slim.

Palmarès : 1 Disque d’Or.

Sqad Up :

Squad UpBon, là on ne parle pas vraiment d’un groupe phare du label mais ils ont quand-même une importance non négligeable dans son histoire. Après tout ils font partis de ceux qui ont fait l’actu du label durant la période ou les Hot Boy$ se déchiraient. Formé en 1999, ils sortiront pas moins de 7 mixtapes sur 5  ans.

Aujourd’hui ? Là plupart sont portés disparus. Seul 2, si on ne compte pas Lil’ Wayne, sont toujours visible sur les radars. Gudda Gudda, qui a intégré Young Money et qui a sorti pas mal de tapes solos en attendant encore et toujours de sortir son “Guddaville: The Album” et Kidd Kidd qui a migré vers le G-Unit depuis quelques années. Dizzy, Young Yo et Supa Blanco sont portés disparus, aux dernières nouvelles T-Streets est toujours chez Young Money.

Palmarès : Pas d’album au compteur. 7 mixtapes intéressantes et quelques une de plus pour Gudda Gudda.

Starlito :

StarlitoVous n’avez sans doute jamais vu son pseudo sur un projet Ca$h Money, mais c’est normal puisque celui que l’on connait maintenant sous le nom de Starlito à commencer sa carrière sous le nom d’All $tar. Il rejoindra le label après la sortie de son premier album “Prince Of The Ville”. Dessus il sortira plusieurs mixtapes, dont les premiers volumes de ses séries “The Tenn-A-Keyan” et “I Love U”, le single “Champagne Crazy” avec Lil’ Wayne et Yo Gotti et surtout ghostwrittera Birdman pendant quelques temps.

Aujourd’hui c’est de l’histoire ancienne et même si le succès commercial n’a toujours pas sonné à sa porte, celui d’estime lui et bel et bien présent et accompagne chacun de ses projets en solo ou en compagnie de Don Trip.

Palmarès : Une bonne trentaine de projets de qualité mais pas de ventes qui suivent.

Young Buck :

Young BuckComme pour Soulja Slim, on ne peut pas vraiment dire que Young Buck ai déjà fait réellement partie du label à un moment donné. Lorsqu’il était tout jeune il gravitait autour de Juvenile et par conséquence autour de Ca$h Money également mais son premier album “Born To Be A Thug” est sorti sur UTP à l’époque où son mentor n’était plus en bon terme avec le label. Plus tard il aura la carrière qu’on connait aux côtés du G-Unit.

En 2008 pourtant, après son clash avec 50 Cent, il est question d’un retour à la maison et d’une signature sur le label. C’est Lil’ Wayne qui l’annoncera sur scène, sans que quoique ce soit ne se passe finalement … Aujourd’hui il est de retour sur le label qui a fait son succès, aux côtés de Fifty, de Banks, de Yayo et de Kidd Kidd, l’ex-Ca$h Money.

Palmarès : Un Double Disque De Platine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.